Partenaires

Modèle économique du marché de l’assurance

Le modèle économique des assurances repose sur le transfert d’un risque par une personne à un organisme tiers. L’assurance accepte de prendre à sa charge ce risque en contrepartie du versement d’une prime par l’assuré. Le transfert du risque ne change rien à la probabilité de survenue d’un risque.
L’assureur permet donc à l’assuré d’effectuer des activités à risque. Il est reconnu de manière générale, qu’en subventionnant un risque, l’assureur est indirectement créateur de richesse par la nouvelle activité de l’assuré relative à ce risque : création d’entreprise, construction immobilière…

L’assurance mise sur la loi des grands nombres pour faire son chiffre d’affaire. L’assurance permet de mutualiser les risques et sous certains aspects, l’assurance est en fait assez proche du domaine du jeu de hasard.
Grâce aux statistiques, l’assurance peut avoir une visibilité de la probabilité de la survenue d’un sinistre. L’assuré paye une petite somme régulièrement afin de couvrir ce risque et sa cotisation est relative à la probabilité de survenue de ce risque. La probabilité de risque doit bien sur être un évènement plutôt rare et l’assuré ne doit pas changer ses habitudes de vie après la souscription d’un contrat d’assurance qui contribuerait à faire augmenter son risque. Pour disposer d’un bon équilibre financier, une société d’assurance doit maintenir un équilibre positif entre recettes et sinistres. Les recettes que l’assureur perçoit doivent être suffisantes pour couvrir les sinistres dont ses assurés font l’objet mais aussi ses propres frais de fonctionnement.

La mutualisation du risque permet de couvrir la probabilité d’individus à qui un sinistre arrivera. L’argent des recettes perçues fait également l’objet de placements afin de pouvoir apporter une source de revenus supplémentaires et assurer dans une meilleure mesure le risque des assurés.
Il peut parfois arriver que plusieurs assurés soient victime d’un même sinistre en même temps. C’est le cas notamment dans la survenue de catastrophe naturelle telle que les tempêtes où les inondations. Même dans ces cas extrêmes, la compagnie d’assurance est, en général, en mesure de couvrir ses frais. Certains sinistres peuvent toutefois faire abaisser les perspectives financières d’une entreprise ou bien amener une révision des cotisations.
Certaines entreprises d’assurance choisissent parfois de réassurer leurs propres risques dans des compagnies de réassurance afin de pouvoir faire face à tous les cas de figure possible.



Derniers Articles

Il y a plusieurs raisons qui poussent à la souscription à l’assurance santé.
ou assurer son auto après une suspension ou un retrait de permis automobile